Rudy Gobert interview
© Semmy Demmou

Solidement installé dans le top 50 des sportifs français le mieux payé au monde, Rudy Gobert a transformé sa taille – 2m16 – en atout, alors qu’elle aurait pu être un handicap. Le temps d’une interview, celui qui a été élu meilleur défenseur de la NBA avec le Jazz de l’Utah la saison passée nous a permis de nous glisser dans la peau d’un géant.

Par Alexandre-Paul Demetrius

Rudy Gobert: dans la peau d’un géant

Meilleur défenseur de NBA, ça t’inspire quoi ?

C’est une belle reconnaissance et pour moi une fierté. Cette distinction, j’ai toujours voulu l’avoir, et j’espère d’ailleurs l’avoir une nouvelle fois dans futur. Après, le basket est un sport d’équipe, donc rien de tout cela ne serait possible sans mes coéquipiers ou les gens qui m’entourent.

Lors de la remise du prix de meilleur défenseur tu arborais un magnifique costume rose. C’était quoi l’idée ?

Eh bien c’était un costume… rose… (Rires.) Bien entendu fait sur mesure, à ma taille, comme tous mes costumes. Je voulais quelque chose d’original, qui ne soit pas non plus démesuré et qui me plaise aussi.

Justement, avec ta taille, ça ne doit pas être simple de s’habiller  au quotidien…

Ces dernières années, je fais de plus en plus attention à la manière dont je m’habille. J’essaye d’être classe, mais aussi à l’aise dans mes vêtements. Je fais donc pas mal de recherches et j’ai maintenant un certain nombre de contacts dans la mode. Après, je n’ai pas vraiment de marques attitrées, ce sont plutôt des gens spécialisés dans le sur mesure. Il m’arrive toutefois d’acheter des accessoires Gucci de temps à autre, mais uniquement quand ça me plaît.

Il est plus facile pour toi de trouver des vêtements aux Etats-Unis ?

En Amérique, il y a quelques magasins spécialisés pour les grands et les gros, qui s’appellent Big and Tall. Lors de mes premières années, il m’arrivait d’y acheter quelques polos, mais franchement, ce type de magasin n’est pas ce qu’il y a de plus « Fashion »…

On suppose que c’est beaucoup plus simple pour les vêtements de sport ?

Oui, sauf pour les chaussures car il y a beaucoup moins de choix, même si il y a quand même pas mal de choses. Après, pour les vêtements de sport, j’ai tout ce que je veux.

Tu as eu une poussée de croissance assez soudaine ; comment l’as-tu gérée ?

J’ai effectivement beaucoup grandi de 15 à 18 ans, où j’ai pris 20 cm. Même si cela peut paraître beaucoup, cette croissance s’est effectuée petit à petit. Chaque été je constatais que j’avais grandi, mais je ne me suis pas réveillé un matin avec 2m16, même si il m’est arrivé de prendre 7 cm en une seule année, et 3 cm en un été.

Rudy Gobert interview
© Semmy Demmou

Avec une telle taille, la mobilité et la rapidité sont primordiales à travailler. Quels types d’exercices fais-tu pour améliorer ton explosivité ?

Je fais beaucoup d’haltérophilie, du Olympic Weight Lifting comme ils disent aux Etats-Unis. Je fais aussi pas mal de squats, front squat, back squat, ainsi que des mouvements explosifs. Cela me permet aussi de muscler mon dos en favorisant le gainage.

Comment mets-tu au point tes programmes d’entraînement ?

Je travaille beaucoup avec Fabrice Gautier, un ostéopathe français  basé à Los Angeles, qui connaît pas mal de monde et notamment Michael Kessi, un coach spécialisé dans les haltérophiles. Je travaille avec lui depuis l’année dernière. Quand je suis à Los Angeles je fais trois séances d’haltérophilie par semaine et deux séances de musculation normale, plus du basket. Je fais aussi pas mal de Pilates.

Tu dois muscler la totalité de ton corps ?

Je dois avant tout muscler ma base : fessiers, cuisses, et muscles qui favorisent l’explosivité. Je dois aussi me muscler pour augmenter ma résistance, car cela permet de protéger tout le reste. Je faisais déjà beaucoup de musculation et de renforcement avant, mais c’était moins précis que maintenant. Aujourd’hui, j’essaye de développer mon corps avec intelligence. Cela a pas mal payé ces derniers temps, je reste donc dans la même optique.

Comment arrives-tu à te préserver des chocs et blessures ?

Plus tu es solide et souple, plus tu te préserves. La souplesse peut t’éviter pas mal de blessures, tout comme la récupération, qui est en partie liée à la nutrition. Je fais aussi pas mal de massages spécifiques, ainsi que des étirements.

Et ton dos ?

J’ai une petite routine que je fais généralement avant la musculation, afin de le préserver. Je ne cambre pas trop mon dos afin qu’il reste droit. La façon de dormir compte aussi énormément. Avant je dormais sur le ventre, mais désormais plus sur le côté.

Ta préparation reste identique tous les jours ?

Il y a des choses que je fais tous les jours, oui, mais après, ça dépend. En général je ne travaille pas mes jambes deux jours d’affiliée. Je les travaille pendant une journée, puis je passe au haut de mon corps avec du gainage. Je varie car je ne dois pas favoriser une partie de mon corps au détriment d’une autre.

Qu’est-ce que tu privilégies pour la récupération ?

Déjà, le plus important, c’est le sommeil. Bien dormir, ça paraît tout bête, mais c’est super important. Cela permet de bien récupérer, de se régénérer musculairement et mentalement. Après, il faut s’hydrater. Je me force à boire beaucoup, que ce soit le matin, le soir, et même dans la journée, y compris quand je n’ai pas spécialement soif. Et puis il y a la nutrition. Depuis que je vis aux Etats-Unis, j’ai une cuisinière attitrée. En ce moment, je travaille avec un chef qui est vraiment au top niveau. Elle me fait des plats avec des bons produits, ce qui est important, surtout aux Etats-Unis où c’est plus dur de les trouver. J’ai fait une analyse complète de mon sang et j’ai pu constater à quel point la nutrition à un impact sur le comportement, niveau d’énergie ou attitude. Les gens ne le réalisent pas assez. Je prends rarement des médicaments, car si tu manges bien équilibré, que ce soit des fruits, des légumes ou des épices, ton corps à tout ce dont il a besoin pour travailler tranquillement.

Quels conseils nutritifs pourrais-tu donner aux lecteurs de Men’s Fitness ?

Si tu aimes bien manger beaucoup de sucre ou des choses grasses, je te conseillerais de donner d’abord à ton corps ce dont il a besoin (des protéines, des nutriments). Une fois que c’est fait, tout ce que tu manges en plus, c’est du bonus. Par contre si tu as faim et que tu manges juste un gros gâteau, ton corps va l’assimiler comme un nutriment et ça ne va pas être top pour ton corps. C’est bien de se faire plaisir, mais il faut d’abord donner à son corps ce dont il a besoin. Après, nous avons tous une morphologie différente, donc pas les mêmes besoins.

Et toi, avec un corps de 2m16, quels sont tes besoins ?

Mon corps assimile vite, donc plutôt que de manger beaucoup d’un coup, il est préférable que j’aie un apport toutes les deux, trois heures. J’essaie donc de faire plusieurs repas dans la journée. Quand je vais quelque part, j’ai toujours un peu de nourriture. Je mange toujours après la musculation, car c’est important, je me fais aussi un petit shake (de protéines) en supplément. Je cherche vraiment à avoir un apport régulier.

Quels sont les exercices type à faire pour être performant au basket ?

Déjà il faut bien échauffer le corps afin de ne pas se blesser bêtement en faisant un saut ou un mouvement trop explosif. Ensuite on doit privilégier le réveil musculaire. Après, ça dépend de ce que tu veux travailler. La dextérité avec plusieurs ballons, c’est un exercice plutôt pas mal pour s’échauffer. En général, je travaille un peu tout.