©iStock

Qui a dit que la sieste était réservée aux fainéants ? C’est tout le contraire ! Un petit somme dans la journée vous rend plus alerte, plus disponible, bref, plus performant

LA SIESTE : POUR QUOI FAIRE ?

Une enquête pour l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) a montré qu’un Français dormait en moyenne 7 heures et 8 minutes pendant la semaine et 8 heures et 10 minutes le week-end. Cela vous paraît bien ? Erreur, pour le chronobiologiste Claude Gronfier, coauteur d’un ouvrage sur les mécanismes du sommeil (éditions Le Pommier). Si vous dormez 8 heures quand vous déprogrammez le réveil, cela signifie que, pendant la semaine, vous manquez d’environ une heure de sommeil par jour. Une « dette » cumulée de cinq heures par semaine. De quoi avoir la tête dans le sac le vendredi après-midi… Mais ce n’est pas tout. De nombreuses études l’ont montré : manquer de sommeil est un facteur aggravant des troubles cardio-vasculaires. Cela diminue la résistance au stress, favorise le diabète et la prise de poids. Bref : c’est mauvais pour la santé.

LE BON TIMING ?

«À peu près tout le monde ressent une certaine somnolence, un besoin physiologique de dormir en début d’après-midi, entre 13 et 15 heures», explique le somnologue Éric Mullens, auteur de Apprendre à faire la sieste (éditions Josette Lyon). Combien de temps faut-il pour recharger ses batteries ? «La sieste idéale dure entre 10 et 20minutes. Au-delà, vous risquez de tomber dans un sommeil profond et de vous réveiller vaseux. »
Si vous avez des horaires décalés, ou que vous vous levez particulièrement tôt, vous pouvez récupérer votre manque de sommeil par une sieste longue d’une heure et demie, c’est-à-dire d’un cycle de sommeil complet. En revanche, elle est contre-indiquée dans un rythme de vie régulier, au risque de provoquer une insomnie la nuit suivante.

OÙ DORMIR ?

Partout. Calé dans votre fauteuil de bureau, allongé sur le canapé, dans une voiture à l’arrêt… Tous les endroits sont bons, pourvu que vous soyez au calme. Certaines entreprises, comme Google, ont même créé des salles de repos pour leurs salariés. Et si votre patron hésite, parlez-lui des 18 milliards de dollars. Cette estimation de la National Sleep Foundation représente le gain de productivité que l’introduction de la sieste pourrait apporter aux États-Unis. Elle s’appuie (très sérieusement) sur les vertus du repos en termes de créativité, d’imagination, de concentration, de vigilance et de bien-être.

RELAXEZ-VOUS ET RESPIREZ

Une fois confortablement installé, concentrez-vous sur votre respiration pour vous calmer. Ne pensez à rien d’autre, votre rythme cardiaque va s’apaiser. Programmez une sonnerie si vous craignez de ne pas vous réveiller, mais ne soyez pas déçu si vous ne dormez pas aussi bien que vous le voudriez. Un profond sommeil n’est pas nécessaire pour bien récupérer.