©iStock

Cet hiver, découvrez le ski de rando, ce sport qui allie effort et plaisir de la glisse. Voici 6 conseils pour bien débuter

« Ski de rando», « ski-alpinisme », « ski de montagne »… Voilà déjà plusieurs saisons que ces termes quelque peu obscurs reviennent sans cesse à vos oreilles. Et pour cause, il s’agit là de la dernière tendance en matière de poudreuse. Ou plus exactement d’un revival, car, si le ski de rando a la cote, la discipline existe depuis des décennies. Le principe ? Gravir la montagne façon ski de fond pour redescendre en mode ski alpin. Oubliez tire-fesses et autres remontées mécaniques, l’ascension se fait à l’aide de skis équipés de semelles antirecul, ou « peaux de phoque ». La fixation étant mobile à l’arrière, le talon est libéré et le mouvement s’apparente alors à celui du ski de fond. Une fois arrivé au sommet, il ne reste plus qu’à retirer les peaux de phoque et à enclencher l’arrière des chaussures dans les fixations pour descendre en ski alpin, le plus souvent en hors-piste.

Pour bien débuter nous vous donnons quelques conseils.

Interdiction formelle de partir seul

Consultez les professionnels et entourez-vous de personnes qualifiées (moniteurs, guides…). L’idéal : prendre part aux sorties d’initiation organisées dans certaines stations. Ou commencez au bord des pistes, à leur fermeture.

Avant de descendre

Il faut réussir à monter : privilégiez les ascensions plutôt courtes au début.

Optez pour un matériel adapté à votre pratique et à vos objectifs

Une petite montée mais une grande descente, ou l’inverse avec une ascension un peu sportive et sèche et une descente pas trop longue, il faudra adapter votre matériel en conséquence.

Couvrez-vous et suivez la logique des « 3 couches »

Un sous-vêtement thermique et près du corps, une polaire isolante et une veste de protection, voilà l’équipement textile indispensable. Petite particularité du ski de rando : vous allez transpirer et avoir chaud lors de l’ascension, mais vous aurez tendance à avoir froid après. Si les conditions climatiques s’y prêtent, nous vous conseillons donc de réserver cette 3e couche (doudoune…) uniquement à la descente.

Ne cherchez pas la performance

Si vous partez trop vite vous risquerez de devoir faire demi-tour plus tôt que prévu. Partez sur un rythme assez faible pour vous sentir à l’aise et ne pas vous essouffler à cause de l’altitude.

Prenez le temps d’observer le paysage

Les paysages dans lesquels vous allez évolué sont souvent à couper le souffle. Il s’agit aussi d’une activité de contemplation !