DIFFICILE D’Y VOIR CLAIR !

Il y a encore peu de temps, le point G était considéré comme le déclencheur principal de l’orgasme féminin. Cette affirmation est aujourd’hui très controversée. Ces dernières années, des chercheurs ont déclaré que le point G n’existait pas et que tous les orgasmes féminins se ressemblaient. D’autres experts, dont beaucoup de femmes, poussent la chose encore plus loin en déclarant qu’il y aurait de nombreuses zones érogènes capables de mener la femme à l’extase. Il serait amusant de tester toutes ces théories. Peut-être souriez-vous

car vous avez déjà trouvé le point G de votre partenaire, cette fameuse zone légèrement rugueuse et très innervée qui se trouve sur l’avant de la paroi vaginale, à 4 ou 5 cm de profondeur. Récemment, des chercheurs turcs ont bousculé la donne en identifiant quatre régions qu’ils ont appelées les « zones érogènes vaginales profondes ».

Cette étude montre que, chez certaines femmes, les quatre zones peuvent déclencher indépendamment un orgasme. Mais même si votre moitié n’atteint pas le septième ciel, « l’excitation de ces zones peut être une super expérience de plaisir et d’exploration », dit la sexologue Yvonne K. Fulbright. « Plus vous trouverez de zones sensibles, plus vous aurez d’options pour la faire monter en température. »

Prêt à lancer les recherches ? Armez-vous de lubrifiant, et préparez-vous à découvrir des zones de plaisir que ni vous ni votre partenaire ne connaissiez.

Le point A / 11% des femmes l’ont trouvé

TROUVEZ-LE : Suivez la paroi avant de son vagin et arrêtez-vous un peu avant l’entrée du col de l’utérus. C’est ici que vous trouverez le point A. Passez votre doigt dessus comme un essuie-glace. Si vous sentez une partie plus rugueuse, c’est que vous n’êtes pas à destination, mais sur le point G. Cherchez encore plus loin et n’hésitez pas à y mettre deux doigts.

RÉVEILLEZ-LE : Le vagin ne répond qu’à la pression ou au mouvement, pas au toucher, nous explique le docteur Berman, spécialiste de la santé sexuelle. Essayez de vous fixer et de bouger. Après de bons préliminaires et une bonne lubrification, appuyez la partie charnue de vos doigts sur le point A. Si vous n’arrivez pas à l’atteindre, utilisez le bout incurvé d’un long sex-toy.

Tirez les doigts vers vous contre la paroi avant. « Vous saurez que c’est efficace quand l’intimité de votre partenaire sera de plus en plus humide », nous dit Fulbright.

Le point O / 8% des femmes y sont sensibles

TROUVEZ-LE : Vous avez trouvé son point G ? Félicitations ! Tournez les doigts vers la paroi opposée du vagin et enfoncez-vous légèrement plus jusqu’à sentir une zone spongieuse. C’est le point O. Elle hésite à pratiquer la sodomie ? « La zone anale est riche en terminaisons nerveuses, stimuler le point O peut lui donner un avant-goût de ce qu’il se passerait de l’autre côté de la paroi », explique Fulbright.

RÉVEILLEZ-LE :  Une fois qu’elle est bien prête, essayez la technique de l’ancrage sur le point O et le point G en même temps. Joignez les mains, paumes vers l’extérieur vers le haut et vers le bas. Ensuite, insérez les index pour stimuler simultanément les parois avant et arrière du vagin. « Certaines femmes peuvent avoir une éjaculation de cette manière. Sinon, vous pouvez aussi stimuler son point O avec un simple mouvement de va-et-vient. »

Le col de l’utérus / 7,5% des femmes ont eu un orgasme cervical

TROUVEZ-LE : Avec une pénétration profonde, vous pouvez atteindre le col de l’utérus avec votre pénis. « On dirait le bout du nez, plus ferme que la texture spongieuse du vagin », nous dit Lisa Masterson, docteur et chef de service au Centre médical de Cedars-Sinai à Los Angeles. Pour beaucoup de femmes, le col de l’utérus se situe à environ 7 à 10 cm de profondeur, avant excitation.      « Avec l’engorgement, le col remonte », nous explique le docteur Berman. Mais vous devriez toujours pouvoir l’atteindre.

RÉVEILLEZ-LE :  Tenez-vous au courant de ses périodes : c’est au moment de l’ovulation (entre les 13e et 16e jours du cycle) que la stimulation cervicale donne le plus de plaisir. Faites des cercles dans le col avec un doigt ou deux. Une fois que vous êtes bien en contact, passez vos doigts sur la zone en appliquant une pression ferme mais douce jusqu’à ce qu’elle ressente du plaisir dans tout le corps. Si vous ne parvenez pas à atteindre le col avec vos doigts, utilisez un vibromasseur à tête large pour une meilleure pression.

Les muscles pelviens / 12% des femmes les utilisent pour jouir

TROUVEZ-LES : Vous ne pouvez pas toucher directement les muscles pelviens, mais vous pouvez les activer. « Ils encerclent le vagin et se contractent lors de la jouissance », nous précise Fulbright. Une étude brésilienne de 2014 a prouvé que les femmes dont les muscles pelviens sont plus toniques jouissent plus facilement. Pourquoi ? Tout simplement car ils se tendent durant la montée de plaisir et accroissent la pression sur le vagin.

RÉVEILLEZ-LES : Votre partenaire aimerait sans doute améliorer la tonicité de ses muscles. Alors amusez-vous : investissez dans des boules de geisha lourdes, qui agissent comme des petits poids pour le vagin. Lubrifiez-en une et voyez si elle peut la retenir à la seule force de ses muscles puis, quand elle est prête, ajoutez la seconde. C’est amusant et excitant. Non seulement cela l’aidera à renforcer ses muscles pelviens, mais pourra aussi stimuler son point G.