Choisir le bon partenaire d'entraînement
© Courtesy of Weider Health & Fitness

Choisir le bon partenaire n’est pas chose facile. Lee Haney, 8 fois Mr Olympia, nous conseille sur les éléments à prendre en compte.

Un partenaire d’entraînement peut être un avantage précieux pour plusieurs raisons. Il peut vous aider lors de mouvements comme les squats ou les développés-couchés soit pour vous parer si vous poussez lourd, soit pour vous aider lors de vos dernières répétitions. Il peut aussi vous motiver à vous dépasser lorsque vous ne vous sentez pas le plus en forme.

Comment choisir le bon partenaire d’entraînement ?

  • Trouvez quelqu’un d’aussi sérieux que vous, quelqu’un avec qui vous partagez des objectifs sportifs. Si votre partenaire passe son temps à discuter ou à plaisanter pendant la séance, vous risquez d’être frustré ! Il doit partager votre amour pour l’entraînement.
  • Votre partenaire doit être désintéressé. Si vous avez besoin d’un observateur et que votre partenaire est trop occupé à se regarder dans le miroir, il vaut mieux trouver un autre partenaire. Vous devez être avec quelqu’un qui se concentre sur vous et non sur lui-même lorsque vous réalisez vos séries d’exercices.
  • Assurez-vous que votre partenaire est quelqu’un que vous appréciez et avec qui vous vous entendez bien. Vous allez passer beaucoup de temps avec cette personne dans des circonstances très stressantes. S’il y a trop de tensions entre vous deux, vous n’allez pas apprécier le temps que vous passerez à la salle de sport. Et si vous n’appréciez pas le temps que vous passez à la salle de sport, c’est inutile !

En gardant ces éléments en tête, vous pouvez maintenant choisir vos partenaires potentiels avec attention. C’est ce que j’ai fait et c’est comme ça que j’ai rencontré Rick Gianone, Tyrone « Ropeman » Felder et Fred Richards.

Rick s’est entraîné avec moi en 1984, l’année où j’ai remporté ma première compétition Olympia. Il mesurait près d’1m90, pesait 140 kilos, curlait à 100 kilos et poussait 225 kilos au développé-couché. Il aimait s’entraîner très lourd et je faisais de mon mieux pour le suivre. Il me poussait à chaque fois plus lors de mes entraînements. C’est pour ça que j’ai de nouveau fait appel à lui lors de ma préparation pour Olympia 1991.

Choisir le bon partenaire d'entraînement
© Courtesy of Weider Health & Fitness

Ropeman était complètement fou, en même temps c’était un critère pour venir s’entraîner avec moi. Lorsqu’on se préparait pour aller à la salle de sport, il avait un petit rituel et tournait sa casquette à l’envers, ce qui voulait dire qu’il était prêt à faire du sale ! Il était très intense…j’adorais ça !

Fred avait une très bonne attitude qu’il a développée en servant dans les Marines. On s’entraînait ensemble lors de ma préparation pour la compétition Olympia de 1990. Il me disait « tu es ce que tu manges et tu es comme ceux qui t’entourent ». Il avait toujours un état d’esprit positif.

Attention : ne devenez jamais trop dépendant de vos partenaires d’entraînement. Même s’ils peuvent être des avantages conséquents, ils peuvent parfois faire obstacle à votre progrès. Et si votre partenaire n’est pas motivé ? Cette énergie négative peut avoir un impact négatif sur votre séance d’entraînement. Ne laissez jamais un partenaire d’entraînement vous démotiver. L’idée est que votre partenaire vous motive et non qu’il vous distraie.

N’oubliez pas, l’énergie positive engendre encore plus d’énergie positive et fait ressortir le meilleur de chacun de nous. Si vous faites bien vos devoirs et que vous trouvez le bon partenaire, alors vos séances d’entraînement n’ont plus de limite.

 

Traduit par Mélanie Geffroy