Scooter
©Kymco

Prêt pour acquérir votre premier scooter ? Voici les points à vérifier pour faire le bon choix.

Essai de scooter : les points importants à vérifier

C’est décidé, vous en avez assez de galérer dans les embouteillages avec votre voiture, ou de passer votre temps à attendre un hypothétique RER, et vous allez acquérir un scooter pour vos déplacements quotidiens. Une fois votre choix arrêté, n’hésitez pas à vous rendre en concession pour demander un essai. Pour ce faire, pensez à prendre votre permis de conduire ou votre attestation de formation, et votre chéquier. En effet, il se peut qu’un chèque de caution vous soit demandé.

Avant de partir

Avant même de démarrer, prenez votre temps pour vérifier quelques points. Par exemple, le modèle choisi est-il adapté à votre taille ? En laissant la béquille ouverte par sécurité, asseyez-vous au fond de la selle et vérifiez que vos pieds touchent par terre. SI ce n’est pas le cas, vous pouvez aussi légèrement vous avancer, de toute façon la conduite d’un scooter impose de bouger au guidon. À propos de béquille, si le scooter est équipé d’une béquille centrale, essayez de le monter dessus, si besoin avec l’aide du concessionnaire qui peut vous montrer comment réaliser cette opération sans peine. Certains modèles sont plus faciles que d’autres, même les maxi-scooters.

Prenez le Kymco Xciting S400i que nous venons de tester récemment. Même s’il s’agit d’un 400 cm3, celui-ci est bien équilibré de sorte que le monter sur la béquille centrale est un jeu d’enfant, même pour un petit gabarit. Autre point important, faites-vous expliquer les différentes commandes pour maîtriser toutes les subtilité du scooter. Prêt à vous lancer ? Attention, avez-vous pensé à régler les rétroviseurs d’abord ? Vous pourrez toujours les ajuster en roulant pour vous assurer qu’ils sont bien conçus pour la remontée des files, et que la visibilité arrière n’est pas occultée par vos bras.

Scooter
©Kymco

Sur route

Une fois lancé, vous pouvez juger sur pièce de la position de conduite et du confort du scooter au niveau de la selle bien entendu, mais également des suspensions. N’hésitez pas à emprunter une route pavée par exemple, pour mieux vous en rendre compte. Il est parfois possible de changer la position de conduite en allongeant les jambes, comme on peut le faire sur le S400i. Les grands gabarits auront d’ailleurs tout intérêt à s’y essayer, notamment pour vérifier que leurs genoux ne viennent pas toucher le tablier ou le guidon dans un virage. Une fois sur route, vous pourrez jauger de la visibilité offerte par le scooter. Un modèle haut perché permet par exemple de voir devant les voitures, et ainsi d’anticiper les manœuvres et les freinages.

Pensez à tout tester

C’est également pendant le test sur route que vous pouvez apprécier l’agilité du scooter. Si les conditions de l’essai le permettent, rendez-vous sur une voie rapide pour évaluer les performances au-delà de la simple accélération entre deux feux rouges. Dans le même temps, vous pourrez évaluer la protection offerte par la bulle si le modèle choisi en est équipé. De retour en ville, un freinage appuyé à l’approche d’un feu rouge vous donnera une bonne idée des capacités de freinage. Attention, vérifiez que personne ne vous suit de trop près et que la chaussée n’est pas mouillée pour éviter la glissade.

Derniers détails

De retour au garage et avant de rendre les clefs, il est temps de jeter un œil aux aspects pratiques. Les vide-poches sont-ils assez profonds pour accueillir votre smartphone XXL ? Le scooter dispose-t-il d’une prise USB pour recharger ce dernier ? De la même façon, ouvrez le coffre sous la selle afin d’y ranger votre casque. Si le scooter sur lequel vous avez jeté votre dévolu répond à toutes vos attentes, il ne vous reste plus qu’à signer le bon de commande.

Par Driss Abdi